grève et manif LP du 17 novembre

Les points de RDV :

CAEN : RECTORAT 14h
ROUEN : RECTORAT 14h

L’intersyndicale appelle à une nouvelle journée de grève dans les lycées professionnels le 17 novembre

Les personnels des lycées professionnels et des lycées agricoles et maritimes se sont fortement mobilisés mardi 18 octobre et ont réussi une grève majoritaire qui a permis aux personnels d’exprimer clairement leur opposition à la réforme engagée par le président Macron et la ministre Carole Grandjean.

L’expertise des personnels de lycée professionnel que nous représentons est une évidence : ils connaissent les élèves et leur famille, maîtrisent les contenus de formations, certifient les diplômes et sont aussi dans une relation directe et régulière avec les entreprises qui accueillent nos élèves. Pour ces raisons légitimes, nos organisations syndicales ne peuvent pas valider le bilan présenté par le ministère et qui lui sert de base pour les concertations. Elles revendiquent un état des lieux partagé, honnête et rigoureux préalable, sans lequel elles considèrent inacceptable d’envisager une quelconque réforme.

Face à la forte opposition des personnels, la ministre, malgré quelques infimes concessions, ne renonce pas en réalité à son projet. Elle persiste à vouloir imposer plus de stages aux élèves. Nos organisations refusent la diminution des heures d’enseignement général et professionnel et les suppressions de postes induites, la perte du cadre national des grilles horaires et une révision des cartes de formation au seul prisme des intérêts économiques particuliers des entreprises sur les secteurs d’activité en pénurie de main d’œuvre.

Nos organisations revendiquent l’accès pour tous nos élèves à l’éducation à la santé, à la citoyenneté, aux projets artistiques, culturels et sportifs.

Pour nos organisations la voie professionnelle est tout autant une voie de formation que d’émancipation des jeunes.

En outre, par sa volonté de forcer la mise en œuvre de l’apprentissage dans les lycées professionnels, le gouvernement désorganisera les établissements, renforcera les difficultés des élèves et dégradera toujours plus les conditions de travail des personnels.

Nos organisations soutiennent les actions des établissements mobilisés, notamment ceux qui viennent d’apprendre avec une grande brutalité leur fermeture en septembre 2023, à Paris comme dans le Grand Est.

Nos organisations appellent à une nouvelle journée de grève et de mobilisation le jeudi 17 novembre sous forme de rassemblements et de manifestations et exigent toujours le retrait du projet de réforme de la voie professionnelle.

Voir le dossier complet sur le site du SNEP-FSU national

Enquête SNEP-FSU Normandie « grande salle »

Le SNEP-FSU lance une évaluation de l’ensemble des grandes salles sur toute la Normandie afin d’établir les diagnostics qui nous permettrons de porter nos revendication pour des équipements sportifs de qualité pour tous nos scolaires, et de mesurer dans le temps l’évolution de cet état des lieux.

L’enquête porte sur trois exigences incontournables en EPS:

– Des installations au service  d’apprentissages réels et durables

– Des installations qui répondent aux enjeux environnementaux, de sécurité et d’hygiène de pratique

– Des installations qui permettent une utilisation optimale et mutualisable

Les points attribués à chaque critère sont détaillés sur le barème ci-dessous. Ils permettront de donner à chaque grande salle un « gymnase score ».

Cette enquête prend 5 minutes à remplir

Vous recevez un bilan par mail dans l’heure qui suit avec votre « gymnase score ». Si jamais vous ne recevez pas votre gymnase score par mail, vous pouvez nous contacter à l’adresse suivante : equipement-76@snepfsu-normandie.net

Ce « gymnase score » avec des critères identiques sera envoyé par le SNEP-FSU à toutes les collectivités territoriales pour faire avancer nos revendications sur des installations de qualité répondant aux enjeux environnementaux.

Si votre équipe EPS utilise plusieurs grandes salles , remplir une enquête par gymnase.

Sobriété énergétique : pas au détriment des apprentissages des élèves et de leur sécurité

Le SNEP-FSU est attaché à certaines mesures qui pourront aider les collectivités à financer les coûts énergétiques en forte hausse mais il rappelle notamment la nécessité d’un plan d’investissement massif de l’État pour la rénovation des équipements sportifs (gymnases et piscines), seule voie à même de répondre à la fois à la nécessité de la bifurcation écologique et à une baisse des coûts pour les collectivités.

Mais le SNEP-FSU rappelle son attachement premier à la nécessité d’assurer la continuité du service public d’éducation et notamment à l’enseignement de l’EPS dans des conditions de sécurité optimales. Les équipements sportifs sont nos salles de classe. Les enseignant·es d’EPS sont déjà confronté·es à des contraintes importantes : déplacements, installations vétustes qui limitent déjà les apprentissages des élèves et réduit le nombre d’activités pratiquées. Baisser les températures des gymnases et de l’eau des piscines aura des conséquences non négligeables en termes de sécurité pour les élèves et d’apprentissages possibles. Un cours d’EPS nécessite des temps de regroupement et donc d’inactivité, un cours de natation pour des non-nageur·ses dans une eau à 26° commence à être problématique.

Cette mesure de baisse de température pour les équipements sportifs, même si elle peut séduire, n’est qu’une solution à court terme. C’est une vision sur le long terme dont nous avons besoin, le SNEP-FSU a des propositions.

Le service public d’éducation est une nécessité, à l’heure où le ministère de l’éducation nationale clame la nécessité de l’activité physique pour les jeunes, c’est avant tout d’EPS dans de bonnes conditions d’apprentissage et de sécurité dont les élèves ont besoin.

Ne restez pas seul, n’hésitez pas à contacter le SNEP-FSU : s3-normandie@snepfsu.net

Vous trouverez sur ce lien un exemple de courrier pour demander la hausse de la température dans les installations sportives.

Stage mutation inter Rouen 24 novembre :

Malgré la suppression des instances pour les opérations de mouvement depuis la loi de transformation de la Fonction Publique de 2019, le SNEP-FSU continue de vous accompagner dans vos démarches.

Alors, ne restez pas seul(e) face à l’administration !

1er mouvement pour l’Académie « NORMANDIE »

Stage Carrière-Mutation pour les stagiaires

au Lycée Marcel Sembat (128 rue Léon Salva, 76300 Sotteville-lès-Rouen)

Jeudi 24 Novembre 2022 de 8H30 à 16H30

Inscription via le lien ci-dessous : https://docs.google.com/forms/d/1BnNxUeK5sy07YAGwOjXwsemWbzUtm9JUzztf5uHDI7g/edit

Réunion d’information pour les titulaires

au Lycée Marcel Sembat (128 rue Léon Salva, 76300 Sotteville-lès-Rouen)

(possibilité de suivre en visio)

Jeudi 24 Novembre 2022 à 17H00

Inscription à corpo-normandie@snepfsu.net

Pour les salaires ou pour sauver les lycées Pro, en grève le 18 octobre !

La grève du 18 octobre est déjà posée depuis longtemps comme une première étape pour obtenir le retrait de la réforme de la voie professionnelle qui veut calquer le fonctionnement des LP sur le modèle de l’apprentissage. Les stages seront rémunérés par l’état et permettront une main d’œuvre gratuite pour les entreprises. L’augmentation de 50% du nombre de semaines de stage impliquera une baisse des enseignement dans nos lycées avec une perte d’ambition pour nos jeunes. Cette diminution du temps scolaire percutera aussi les enseignant·es de matière professionnelle pour qui le président a déjà annoncé un vaste plan de reconversion. Les entreprises rentreront dans les conseils d’administration des LP. Il veut imposer dès la 5ème de collège un dispositif « Avenir » consistant à dédier une demi-journée par semaine pour découvrir les métiers et les entreprises.

Les manifestations contre la réforme de la voie professionnelle :

ROUEN : 10h30 devant le Rectorat

CAEN : 10h30 devant le Rectorat

Voir le communiqué intersyndical voie pro

Les mobilisations dans la pétrochimie ont mis en lumière l’énormité des « super profits » qui reviennent aux actionnaires et la nécessité de rétablir un partage des richesses avec une augmentation importante des salaires qui stagnent toujours face à l’inflation. C’est pourquoi les organisations syndicales et les organisations de jeunesse signataires ont décidé d’appeler à la mobilisation y compris par la grève le mardi 18 octobre pour l’augmentation des salaires, des pensions et minima sociaux, et l’amélioration des conditions de vie et d’études. Cette journée, loin de s’opposer à la grève contre la réforme des LP, permet une convergence nécessaire des luttes.

Les manifestations prévues par l’interpro (salaires) :

Les manifestations prévues par l’interpro (salaires) :

ROUEN : 14h00

LE HAVRE : 10h00 FRANKLIN (Un point fixe sur la défense des LP sera organisée).

DIEPPE : 10H30 Gare SNCF

CAEN : 17h30 devant la sous préfecture.

EVREUX : 14h au Pré du Bel Ebat

MANCHE : 17h30 préfecture et sous préfecture à St Lô, Coutances, Avranches et Cherbourg (Mairie)

Voir le communiqué intersyndical Fonction publique salaires

Stage préparer sa retraite (2 décembre)

Les FSU 27 et 76 proposent un stage pour préparer son départ en retraite prochain.

Un stage pour comprendre les enjeux et les règles en vigueur pour la retraite afin de s’y préparer au mieux. Ce stage abordera à la fois les côtés historiques et théoriques des évolutions du régime des retraites ainsi que les solutions portées par la FSU pour améliorer le système. Il abordera aussi les questions plus pratiques avec les calculs des pensions en fonction des annuités et du type de carrière.

Il sera animé par des responsables nationaux en charge de ces questions et militant aux SNEP-FSU et SNES-FSU.

Il est ouvert aux collègues en fin de carrière, qu’elles et ils exercent dans le premier ou dans le second degré, dans l’Eure comme en Seine-Maritime.

Il se déroulera sur le campus universitaire de Saint-Etienne-du-Rouvray (Technopôle) le vendredi 2 décembre 2022, de 9h30 à 16h30.

Pour s’inscrire, il faut :

au moins un mois avant la date du stage, donc le 2 novembre au plus tard (idéalement, avant les congés d’automne débutant le 22 octobre) déposer sa demande d’autorisation d’absence auprès de votre chef·fe d’établissement. Voir le modèle en fin de page ou télécharger le en format word.

s’inscrire auprès de la FSU en remplissant le formulaire suivant : https://framaforms.org/inscription-stage-fsu-preparer-sa-retraite-vendredi-2-decembre-2022-1664799464

A l’issue du stage, une attestation de participation sera remise aux participant·e·s afin de justifier de sa présence.

Pour toute question, merci d’écrire à fsu76@fsu.fr !

Nom – Prénom

Grade et fonction

Etablissement ou service

A Madame la Rectrice de l’académie de Normandie

s/c Madame (Monsieur)  Principal (e) Proviseur (e) du

Madame la Rectrice

Conformément aux dispositions prévues :

à l’article 34 (7è) de la loi 84-16 du 11 janvier 1984, pour les fonctionnaires

à l’article 2 de la loi 82-997 du 23 novembre 1982 pour les agents non titulaires de l’Etat, définissant l’attribution des congés pour formation syndicale,

 j’ai l’honneur de solliciter un congé pour participer à un stage de formation syndicale.

Ce stage se déroulera sur le campus universitaire de Saint-Etienne-du-Rouvray (Technopôle) le vendredi 2 décembre 2022 de 9h00 à 17h00. Il est organisé par le SNEP-FSU, sous l’égide du Centre National de Formation Syndicale de la F.S.U, organisme agréé figurant sur la liste des centres dont les stages ou sessions ouvrent droit aux congés pour la formation syndicale (arrêté du 29.12.1999 publié au J.O. du 06.01.2000).

Fait à                                       le

Signature :

Grève intersyndicale voie Pro 18/10

TOUTES ET TOUS EN GRÈVE LE 18 OCTOBRE POUR LE RETRAIT DU PROJET MACRON

Le président Macron persiste à vouloir imposer aux personnels sa réforme des lycées professionnels calquée sur le modèle de l’apprentissage. C’est un exemple révélateur que la méthode ne change pas : aucun bilan de la réforme précédente, aucune concertation en amont de cette annonce brutale et une feuille de route tardive (et floue) alors même que des décisions lourdes de conséquences sont en préparation.

L’augmentation du nombre de semaines de stage impliquera moins de semaines d’enseignement dans nos lycées. Si le président a enfin concédé à dire que l’enseignement général doit rester une composante de la formation des jeunes, il l’a évoqué surtout à l’aune de disciplines qui seraient « fondamentales ». Les langues vivantes, l’éco droit, l’éco gestion, les arts appliqués, l’EPS, la PSE seront-elles considérées comme fondamentales et les postes des collègues concernés préservés ? Sa volonté de renvoyer la ventilation du volume d’enseignement général au niveau local impliquera une remise en cause du caractère national de l’accès aux formations professionnelles pour les jeunes et des diplômes professionnels. Nos organisations syndicales sont fermement attachées au principe d’égalité de notre école républicaine et revendiquent le maintien d’une grille horaire nationale pour toutes les filières professionnelles. Elles revendiquent aussi une dimension émancipatrice de la formation des jeunes à laquelle participent toutes les disciplines.

Cette diminution du temps scolaire percutera aussi les enseignant·es de matière professionnelle pour qui le président a déjà annoncé un vaste plan de reconversion. L’expérience vécue dans ce domaine par nos collègues de Gestion-Administration nécessite des engagements fermes du ministère pour permettre de vraies reconversions et se donner les moyens d’une vraie politique RH.

Nos élèves sont contraints par les lieux de stages. Nombreuses sont les entreprises qui ne peuvent pas leur proposer l’intégralité des plateaux techniques et des activités développées dans les lycées professionnels pourtant indispensables à l’obtention de leur diplôme.

Il veut imposer dès la 5ème de collège un dispositif « Avenir » consistant à dédier une demi-journée par semaine pour découvrir les métiers et les entreprises. Pour nos organisations il faut renforcer les missions et le nombre de personnels d’orientation et préparer les collégiens à tous les parcours d’orientation sans exception.

Oui la carte des formations doit évoluer, nous le portons haut et fort depuis des années. Pour nos organisations elle doit évoluer dans l’intérêt général du pays au prisme des grands enjeux écologiques, de la prise en charge du Grand âge, de la nécessaire réindustrialisation, du numérique… D’aucune façon, son

« évolution » ne doit se restreindre à la seule mise en adéquation avec les besoins économiques immédiats et locaux des entreprises : chaque jeune, quel que soit le lieu géographique de son lycée professionnel, doit pouvoir trouver la formation de son choix.

Pour nos organisations syndicales CGT Educ’action, SGEN, SE-UNSA, SNCL, SNEP- FSU, SNES-FSU, SNETAA-FO, SNUEP-FSU et SUD Éducation, l’urgence est de renforcer les lycées professionnels et de donner plus de temps et de moyens aux personnels pour faire réussir tous les élèves.

La réforme est à l’opposé de nos ambitions, c’est pourquoi nos organisations appellent à une journée de grève le mardi 18 octobre,

point de départ de la mobilisation pour obtenir le retrait de ce projet.

MANIFESTATIONS

CAEN : RECTORAT 10h30

ROUEN : RECTORAT 10h30

Les syndicats membres de l’intersyndicale soutiennent toutes les initiatives locales dans le cadre de cette mobilisation

Lire le dossier décriptage réforme voie pro 4 pages

En grève le jeudi 29 septembre pour nos salaires !

Après la rentrée de la pénurie, pour résoudre enfin la crise de recrutement, pour que les professeur.es, CPE, psyEN, AED et AESH soient enfin payé.es dignement et pour peser et gagner des arbitrages budgétaires pour nos salaires avant le début du projet de loi de finance, la FSU appelle à la grève, avec la CGT et Solidaires, le jeudi 29 septembre.

Des manifestations sont prévues dans les différentes villes de l’académie de Normandie :

Dans le Calvados

  • 10h45 – place Saint-Pierre à Caen (avec cortège Éducation nationale)
  • 10h30 – place François Mitterrand à Lisieux
  • 17h30 – porte Horloge à Vire

Dans l’Eure

  • 14h – place du Bel Ebat à Evreux

Dans la Manche

  • 10h30 à Cherbourg
  • 10h30 à Coutances
  • 10h30 à Granville
  • 10h30 à Saint-Lô

Dans l’Orne

  • 11h – préfecture d’Alençon

En Seine-Maritime

  • 10h – Franklin au Havre (9h AG éducation)
  • 10h30 – gare SNCF à Dieppe
  • 10h – Cours Clémenceau à Rouen

Rencontres péda de Normandie 17/18 nov Pont Audemer.

Fidèle à sa démarche de proposition de temps d’échanges et de formation syndicale avec la profession, et après l’annulation des journées pédagogiques d’Argentan due au COVID, la 4ieme édition des rencontres pédagogiques aura bien lieu en 2022. Depuis la rentrée, Haute et Basse Normandie ne forment plus qu’une académie : l’académie « NORMANDIE ». Nous avons centralisé le lieu de ces rencontres afin d’éviter les grands déplacements.

Elles se dérouleront sur deux jours, les 17 et 18 novembre 2022 au Lycée des métiers « RISLE-SEINE » rue des déportés à PONT AUDEMER.

La capacité d’accueil du stage est de 70 personnes. La priorité sera accordée aux premiers inscrits.

Ces deux journées seront centrées sur la pratique d’une activité au choix parmi 3 A.P.S.A.
• Ultimate, Intervenant : Stany POIRIER
• Baminton, Intervenant-e-s : Emmanuelle Leblic et Samuel Hamon
• Danse, Intervenante : Corinne DELAIRE
Les entrées proposées s’articuleront autour de l’exigence de contenus ambitieux au service de la réussite de toutes et tous en E.P.S. avec un fil rouge sur l’égalité filles garçons. Ce stage permettra la construction d’outils dans le cadre des programmes alternatifs élaborés par le SNEP-FSU avec la profession. Cette activité sera traitée d’un point de vue théorique, didactique et pratique dans plusieurs APSA (Badminton, Danse et Ultimate) : enjeux professionnels et syndicaux.

Après l’intervention, le jeudi matin en salle polyvalente, de Lucille GRES du « groupe égalité » au SNEP National et le repas au self du Lycée, vous vous dirigerez pour 14 h vers une installation sportive du lycée ou de la communauté de commune pour y pratiquer l’A.P.S.A. de votre choix.
Le jeudi soir, dans une salle du centre d’hébergement, une soirée conviviale autour des revendications du SNEP vous sera proposée.
Le vendredi matin, reprise de la même A.P.S.A. pour 9h.
L’après-midi sera consacrée à l’expression de votre vécu durant le stage ainsi qu’un échange syndical sur ce qui préoccupe la profession. Ce temps est important. Il permet d’envisager, avec vous, les prochaines actions syndicales à mener ainsi que l’ébauche des rencontres pédagogiques de 2023.

Modalités pratiques :

Adresse du Lycée d’accueil : Lycée des métiers Risle-Seine, Rue des déportés, 27500 Pont-Audemer, Tel: 02 32 41 46 55

1/ Lors de votre inscription, précisez si vous souhaitez être hébergé-e, et indiquez les repas que vous prendrez au self du lycée du métier. Sans ces précisions dès l’inscription, nous ne pourrons plus vous intégrer dans l’organisation générale.

2/ Concernant le choix de l’A.P.S.A. que vous souhaitez pratiquer, vous devez formuler 3 vœux dans l’ordre de vos préférences 1-2-3.

3/ Un hébergement est possible à la résidence GEOLIA-Les portes d’Honfleur-située à BOULEVILLE. (de 2 à 5 personnes par hébergement)

Résidence Goélia « Les Portes d’Honfleur », 1300 route d’Honfleur, 27210 BOULLEVILLE
Tél : 02.32.56.34.39
info.honfleur@goelia.com

  • Les draps et taies d’oreiller ne sont pas fournis, il faut donc emmener un sac de couchage.
  • Les repas (midi et soir) seront pris au self du lycée des métiers.
  • Concernant le petit déjeuner du vendredi matin, chacun-e devra s’organiser pour amener de quoi se sustenter. A cet effet, les « cabines » sont équipées d’une cuisine et de la vaisselle en conséquence.

Le logement doit être rendu propre avec la kitchenette propre (vaisselle lavée et rangée).

Si le logement n’est pas laissé en parfait état de propreté le coût du ménage est de 49€ pour un logement pour 2 à 5 personnes. Si le cas devait se présenter, cette somme reste à charge des occupants.

Le centre dispose d’une piscine couverte de 7 x 15m – Profondeur 0,90 X 1,48 m. Ouverte de 9h30 à 19h00 en accès gratuit
Un Mini-golf, terrain de pétanque et un terrain de tennis sont également accessibles.

WIFI dans les logements : il suffit de se connecter au site du fournisseur de GEOLA, et chaque client règlera par CB (Visa et Mastercard accepté) lors de la première connexion.  Les tarifs sont les suivants : 5€ – la journée 

C’est grâce aux cotisations syndicales que le SNEP Normandie peut prendre en charge la totalité du coût du stage pour les syndiqué-e-s. Pour les non-syndiqué-e-s, une participation financière sera demandée pour les repas ( 5€ / repas) , et si besoin  pour l’hébergement 20 €. Mais il sera toujours temps de se syndiquer avant le stage. Nous vous attendons nombreuses et nombreux.

Pour l’inscription une double démarche :

  • S’incrire auprès du SNEP-FSU pour valider sa venue (places limitées), valider son hébergement et ses repas, faire ses voeux pour son APSA sur le lien suivant : https://forms.gle/mTZXGhdoq1nwYqQj8
  • Demander un congé pour formation syndicale à Madame la Rectrice sous couvert de votre chef d’établissement au moins 1 mois à l’avance. Attention, pour les stages péda, il doit impérativement apparaître dans votre demande d’autorisation l’intitulé du stage comportant les éléments suivants. Les 3 APSA spécifiquement nommées et les précisions suivantes : « Construction d’outils dans le cadre des programmes alternatifs élaborés par le SNEP-FSU avec la profession. Cette activité sera traitée d’un point de vue théorique, didactique et pratique. Enjeux professionnels et syndicaux ». Nous vous invitons à la plus grande rigueur en la matière, ceci afin d’être couverts en cas de blessure.

Nom – Prénom

Grade et fonction

Etablissement ou service

A Madame la Rectrice de l’académie de Normandie

s/c Madame (Monsieur)  Principal (e) Proviseur (e) du

Madame la Rectrice

Conformément aux dispositions prévues :

à l’article 34 (7è) de la loi 84-16 du 11 janvier 1984, pour les fonctionnaires

à l’article 2 de la loi 82-997 du 23 novembre 1982 pour les agents non titulaires de l’Etat, définissant l’attribution des congés pour formation syndicale,

 j’ai l’honneur de solliciter un congé pour participer à un stage de formation syndicale.

Ce stage se déroulera  du jeudi 17 novembre 2022 à 9h00 au vendredi 18 novembre à 17h00 à Pont Audemer (hébergement à Bouville pour la nuitée).

Il est organisé par le SNEP-FSU, sous l’égide du Centre National de Formation Syndicale de la F.S.U, organisme agréé figurant sur la liste des centres dont les stages ou sessions ouvrent droit aux congés pour la formation syndicale (arrêté du 29.12.1999 publié au J.O. du 06.01.2000).

Ce stage est centré sur la construction d’outils dans le cadre des programmes alternatifs élaborés par le SNEP-FSU avec la profession. Cette activité sera traitée d’un point de vue théorique, didactique et pratique dans plusieurs APSA (Badminton, Danse et Ultimate). Il articule des enjeux professionnels et syndicaux.

Fait à                           le

Signature :