Bilan du CHSCTA spécial agression au Lycée Malherbe

Bilan du CHSCTA spécial agression au Lycée Malherbe

Ce mercredi 21 septembre s’est tenu un CHSCTA extraordinaire suite à l’agression subie par une collègue au lycée Malherbe de Caen.

Après un temps d’échanges d’informations sur la situation entre les différentes parties, les représentants du personnel ont demandé à voter une enquête du CHSCTA sur ce cas grave.

Résultat du vote sur une enquête du CHSCTA :

  • pour : 4 (FSU et Sud-éducation)
  • contre : 2 (se-Unsa)
  • le Sgen-CFDT n’était par représenté lors de cette séance.

Il y aura donc une enquête du CHSCTA dans les toutes prochaines semaines.

Rappelons que l’objectif de cette enquête sera de formuler des préconisations pour améliorer la sécurité et les conditions de travail des personnels. C’est à dire éviter autant que possible qu’un cas similaire ne survienne à nouveau et améliorer si besoin les prises en charges durant et après l’évènement.

Nous regrettons que la Rectrice n’ait pas pris les devants et convoqué un CHSCTA mais qu’elle ait attendu une demande des représentants du personnel. Tout comme nous regrettons qu’elle n’ait pas décidé de diligenter une enquête du CHSCTA comme l’y oblige la règlementation.

En grève le jeudi 29 septembre pour nos salaires !

Après la rentrée de la pénurie, pour résoudre enfin la crise de recrutement, pour que les professeur.es, CPE, psyEN, AED et AESH soient enfin payé.es dignement et pour peser et gagner des arbitrages budgétaires pour nos salaires avant le début du projet de loi de finance, la FSU appelle à la grève, avec la CGT et Solidaires, le jeudi 29 septembre.

Des manifestations sont prévues dans les différentes villes de l’académie de Normandie :

Dans le Calvados

  • 10h45 – place Saint-Pierre à Caen (avec cortège Éducation nationale)
  • 10h30 – place François Mitterrand à Lisieux
  • 17h30 – porte Horloge à Vire

Dans l’Eure

  • 14h – place du Bel Ebat à Evreux

Dans la Manche

  • 10h30 à Cherbourg
  • 10h30 à Coutances
  • 10h30 à Granville
  • 10h30 à Saint-Lô

Dans l’Orne

  • 11h – préfecture d’Alençon

En Seine-Maritime

  • 10h – Franklin au Havre (9h AG éducation)
  • 10h30 – gare SNCF à Dieppe
  • 10h – Cours Clémenceau à Rouen

Rencontres péda de Normandie 17/18 nov Pont Audemer.

Fidèle à sa démarche de proposition de temps d’échanges et de formation syndicale avec la profession, et après l’annulation des journées pédagogiques d’Argentan due au COVID, la 4ieme édition des rencontres pédagogiques aura bien lieu en 2022. Depuis la rentrée, Haute et Basse Normandie ne forment plus qu’une académie : l’académie « NORMANDIE ». Nous avons centralisé le lieu de ces rencontres afin d’éviter les grands déplacements.

Elles se dérouleront sur deux jours, les 17 et 18 novembre 2022 au Lycée des métiers « RISLE-SEINE » rue des déportés à PONT AUDEMER.

La capacité d’accueil du stage est de 70 personnes. La priorité sera accordée aux premiers inscrits.

Ces deux journées seront centrées sur la pratique d’une activité au choix parmi 3 A.P.S.A.
• Ultimate, Intervenant : Stany POIRIER
• Baminton, Intervenant-e-s : Emmanuelle Leblic et Samuel Hamon
• Danse, Intervenante : Corinne DELAIRE
Les entrées proposées s’articuleront autour de l’exigence de contenus ambitieux au service de la réussite de toutes et tous en E.P.S. avec un fil rouge sur l’égalité filles garçons. Ce stage permettra la construction d’outils dans le cadre des programmes alternatifs élaborés par le SNEP-FSU avec la profession. Cette activité sera traitée d’un point de vue théorique, didactique et pratique dans plusieurs APSA (Badminton, Danse et Ultimate) : enjeux professionnels et syndicaux.

Après l’intervention, le jeudi matin en salle polyvalente, de Lucille GRES du « groupe égalité » au SNEP National et le repas au self du Lycée, vous vous dirigerez pour 14 h vers une installation sportive du lycée ou de la communauté de commune pour y pratiquer l’A.P.S.A. de votre choix.
Le jeudi soir, dans une salle du centre d’hébergement, une soirée conviviale autour des revendications du SNEP vous sera proposée.
Le vendredi matin, reprise de la même A.P.S.A. pour 9h.
L’après-midi sera consacrée à l’expression de votre vécu durant le stage ainsi qu’un échange syndical sur ce qui préoccupe la profession. Ce temps est important. Il permet d’envisager, avec vous, les prochaines actions syndicales à mener ainsi que l’ébauche des rencontres pédagogiques de 2023.

Modalités pratiques :

Adresse du Lycée d’accueil : Lycée des métiers Risle-Seine, Rue des déportés, 27500 Pont-Audemer, Tel: 02 32 41 46 55

1/ Lors de votre inscription, précisez si vous souhaitez être hébergé-e, et indiquez les repas que vous prendrez au self du lycée du métier. Sans ces précisions dès l’inscription, nous ne pourrons plus vous intégrer dans l’organisation générale.

2/ Concernant le choix de l’A.P.S.A. que vous souhaitez pratiquer, vous devez formuler 3 vœux dans l’ordre de vos préférences 1-2-3.

3/ Un hébergement est possible à la résidence GEOLIA-Les portes d’Honfleur-située à BOULEVILLE. (de 2 à 5 personnes par hébergement)

Résidence Goélia « Les Portes d’Honfleur », 1300 route d’Honfleur, 27210 BOULLEVILLE
Tél : 02.32.56.34.39
info.honfleur@goelia.com

  • Les draps et taies d’oreiller ne sont pas fournis, il faut donc emmener un sac de couchage.
  • Les repas (midi et soir) seront pris au self du lycée des métiers.
  • Concernant le petit déjeuner du vendredi matin, chacun-e devra s’organiser pour amener de quoi se sustenter. A cet effet, les « cabines » sont équipées d’une cuisine et de la vaisselle en conséquence.

Le logement doit être rendu propre avec la kitchenette propre (vaisselle lavée et rangée).

Si le logement n’est pas laissé en parfait état de propreté le coût du ménage est de 49€ pour un logement pour 2 à 5 personnes. Si le cas devait se présenter, cette somme reste à charge des occupants.

Le centre dispose d’une piscine couverte de 7 x 15m – Profondeur 0,90 X 1,48 m. Ouverte de 9h30 à 19h00 en accès gratuit
Un Mini-golf, terrain de pétanque et un terrain de tennis sont également accessibles.

WIFI dans les logements : il suffit de se connecter au site du fournisseur de GEOLA, et chaque client règlera par CB (Visa et Mastercard accepté) lors de la première connexion.  Les tarifs sont les suivants : 5€ – la journée 

C’est grâce aux cotisations syndicales que le SNEP Normandie peut prendre en charge la totalité du coût du stage pour les syndiqué-e-s. Pour les non-syndiqué-e-s, une participation financière sera demandée pour les repas ( 5€ / repas) , et si besoin  pour l’hébergement 20 €. Mais il sera toujours temps de se syndiquer avant le stage. Nous vous attendons nombreuses et nombreux.

Pour l’inscription une double démarche :

  • S’incrire auprès du SNEP-FSU pour valider sa venue (places limitées), valider son hébergement et ses repas, faire ses voeux pour son APSA sur le lien suivant : https://forms.gle/mTZXGhdoq1nwYqQj8
  • Demander un congé pour formation syndicale à Madame la Rectrice sous couvert de votre chef d’établissement au moins 1 mois à l’avance. Attention, pour les stages péda, il doit impérativement apparaître dans votre demande d’autorisation l’intitulé du stage comportant les éléments suivants. Les 3 APSA spécifiquement nommées et les précisions suivantes : « Construction d’outils dans le cadre des programmes alternatifs élaborés par le SNEP-FSU avec la profession. Cette activité sera traitée d’un point de vue théorique, didactique et pratique. Enjeux professionnels et syndicaux ». Nous vous invitons à la plus grande rigueur en la matière, ceci afin d’être couverts en cas de blessure.

Nom – Prénom

Grade et fonction

Etablissement ou service

A Madame la Rectrice de l’académie de Normandie

s/c Madame (Monsieur)  Principal (e) Proviseur (e) du

Madame la Rectrice

Conformément aux dispositions prévues :

à l’article 34 (7è) de la loi 84-16 du 11 janvier 1984, pour les fonctionnaires

à l’article 2 de la loi 82-997 du 23 novembre 1982 pour les agents non titulaires de l’Etat, définissant l’attribution des congés pour formation syndicale,

 j’ai l’honneur de solliciter un congé pour participer à un stage de formation syndicale.

Ce stage se déroulera  du jeudi 17 novembre 2022 à 9h00 au vendredi 18 novembre à 17h00 à Pont Audemer (hébergement à Bouville pour la nuitée).

Il est organisé par le SNEP-FSU, sous l’égide du Centre National de Formation Syndicale de la F.S.U, organisme agréé figurant sur la liste des centres dont les stages ou sessions ouvrent droit aux congés pour la formation syndicale (arrêté du 29.12.1999 publié au J.O. du 06.01.2000).

Ce stage est centré sur la construction d’outils dans le cadre des programmes alternatifs élaborés par le SNEP-FSU avec la profession. Cette activité sera traitée d’un point de vue théorique, didactique et pratique dans plusieurs APSA (Badminton, Danse et Ultimate). Il articule des enjeux professionnels et syndicaux.

Fait à                           le

Signature :

Résultats hors-classe des professeurs d’EPS 2022

Les résultats de la promotion à la hors classe viennent de paraitre et vous retrouverez l’arrêté collectif publié par le Rectorat de Rouen sur ce lien.
Il est extrêmement important d’être vigilant.e à votre situation. En effet, nous n’avons plus la possibilité de contrôler l’absence d’erreurs en Commission Administrative Paritaire, dès lors il est nécessaire d’avoir une attention accrue et de vérifier vos données sur I-prof. Dans certaines académies, nous avons déjà détecté des erreurs dans le départage des promouvables pour des opérations de promotion !

Avant de tout lire, notez qu’il nous parait nécessaire que vous puissiez :
  • Vérifier votre situation dans I-prof : notamment votre appréciation finale (excellent, très satisfaisant, satisfaisant, à consolider), votre ancienneté dans le corps, votre date de dernière promotion, les éventuels avis de vos évaluateurs, évaluatrices,
  • Demander à votre rectorat via I-prof quel est votre barème, quels sont les critères de départage et leur ordre,
  • Dès publication des résultats, il est nécessaire de demander au rectorat quelle est la barre (le barème) du dernier, de la dernière promu.e.
     
Depuis 2017 et la mise en place du Protocole Parcours, Carrières et Rémunérations, l’accès à la hors classe a été revu. Le barème n’est pas celui que l’on voulait, nous avions d’autres propositions, mais il est néanmoins un progrès important par rapport au précédent. Dans l’état actuel du barème, tout.e enseignant.e ayant trois ans d’ancienneté dans le 11ème échelon sera promu.e, quel que soit l’appréciation reçue et ne pourra être dépassé par un.e enseignant.e ayant deux ans d’ancienneté dans le 10ème échelon.

La concurrence entre enseignant.e.s dans l’accès à la hors-classe a été très fortement réduite (la promouvabilité à la hors classe se fait à partir de 2 ans d’ancienneté dans le 9ème échelon). Le ratio d’accès à la hors-classe a été fixé à 18 % pour les années 2021 et 2022.

Ce ratio et le barème permettent à toutes et tous d’accéder à la hors classe, mais surtout d’atteindre les derniers indices de la hors classe. C’est un acquis majeur qu’il faut continuer de revendiquer et de défendre.

Le SNEP-FSU continue de revendiquer une refonte de la grille indiciaire de la classe normale intégrant les indices de la hors-classe et de la classe exceptionnelle permettant à toutes et tous d’atteindre le nouvel indice 1067 mis en place avec PPCR.

Pour votre situation personnelle, il vous faut vérifier votre barème, cliquez ici (le barème est en bas de page).

Les commissaires paritaires académiques sont disponibles pour répondre à vos questions, vous informer, vous aider dans vos démarches. Pour toute question : corpo-rouen@snepfsu.net

Gymnasiades 2022 : quel bilan ?

Vous n’avez pas eu vent de la tenue des Gymnasiades ? L’annonce de l’événement a été pour le moins confidentielle. Espérons qu’il n’en sera pas autant de son bilan très attendu par le SNEP-FSU.

Ces jeux scolaires d’ampleur internationale se sont déroulés en Normandie du 14 au 22 mai pour environ 3500 lycéen.nes venu.es de plus de 70 pays s’affronter dans 19 disciplines sportives.

            Ce qui devait être une célébration du sport scolaire s’est mué au fil des mois en une compétition dont les contours imprécis inquiétaient de façon croissante.

Rarement on aura vu un projet de cette grandeur si mal préparé alors même qu’il a été annoncé trois années auparavant.

Pourtant le SNEP-FSU a alerté tout au long du processus sur le manque d’anticipation nécessaire pour réussir un tel évènement, ainsi que sur l’implication insuffisante des élèves et des enseignants pour permettre une réelle dynamique autour de ces gymnasiades. Nos alertes sont restées sans réponse de la part de notre Rectrice et de la direction nationale du sport scolaire. Les cadres UNSS normands ont sans cesse été bridés et retardés dans la mise en place de l’organisation.

            L’idée n’est pas de dresser ici un noir tableau (un peu quand même) mais force est de constater qu’entre les projets éducatifs et culturels annoncés et non réalisés, le saupoudrage de spectateurs par-ci par-là, les couacs en série sur les différents sites et un impact écologique qu’il conviendra de chiffrer, le bilan sera bien différent de ce qui avait été annoncé. Le budget prévu lui aussi sera bien plus lourd. D’ailleurs, les partenaires locaux qui avaient apporté leur soutien au projet se questionnent sur le maintien de la totalité de leur subvention au regard de cette esquisse de bilan. La question est : qui va payer la facture ? Les Associations Sportives qui ont si peu été sollicitées ? En effet, il a fallu batailler pour que les professeurs d’EPS/animateurs d’AS soient présents (seulement 250) mais encore plus pour des jeunes officiels le soient malgré leur investissement dans les AS au quotidien.

Certains choix opérés n’ont pas été à la hauteur de l’événement. Notamment le recours massif à   des sociétés privées et le manque de bénévole qui a été ressenti sur plusieurs sites.

            Puisqu’il s’agit de jeux pour les jeunes, parlons des jeunes.

Le scandale des jeunes reporters fera date. En effet, ces collégien.nes et lycéen.nes préparé.es par leurs enseignant.es d’EPS depuis plusieurs années à maîtriser les outils de communication et diffusion d’images en couvrant plusieurs championnats de France en vue des Gymnasiades ont été, d’une certaine façon, contraints de se retirer à cause du gouffre entre les intentions éducatives prônées et la réalité de ce qui leur a été demandé. En quelques mots, devenir des jeunes influenceurs.

            Les jeunes juges ont quant à eux été remerciés de façon bien particulière. Rien ne leur a été proposé par l’ISF ou l’UNSS lors de la journée culturelle du mercredi. Pas de transport prévu pour le Mémorial de Caen, les plages du débarquement ou le Mont Saint Michel pour ces jeunes normand.es qui ont officié chaque jour de l’événement. Quelques jeunes organisateurs ont dormi sous tente sans matelas.

            Pour finir, tous les soirs, quel que soit le site de leur compétition, les jeunes sportifs étaient transportés en car jusqu’au CID de Deauville pour dîner puis ils étaient de nouveaux transportés jusqu’à leur camping à la fin de leur repas. En plus du coût des navettes et de l’impact écologique on ne peut occulter l’impact sur la forme des athlètes.

            La multitude des couacs et le dépassement du budget doivent être étudiés. Des solutions ou alternatives doivent être trouvées ne serait-ce que pour nous rassurer à deux ans des Jeux Olympiques à Paris.

           

Audience Rectorat Sections sportives : des réponses qui sont loin du compte !

Le SNEP-FSU a été reçu le 8 avril à Caen par les responsables de l’académie normande (Secrétaire général, secrétaire général au budget, responsable de division des moyens, IA-IPRs).

Nous avons d’abord rappelé notre fort mécontentement de ne pas être reçu directement par la rectrice, ce qui n’était pas un signe de reconnaissance de notre discipline et des collègues que le SNEP-FSU représente. Il nous été répondu qu’elle avait été retenue par un agenda chargé notamment pour la mise en place de l’accueil des réfugiés ukrainiens.

Nous avons rappelé l’écart insupportable entre les annonces et les actes. Alors que notre ministre aligne les annonces sur l’importance de la pratique sportive, qu’il déclare vouloir faire de la France une nation plus sportive, alors que l’académie normande va accueillir les gymnasiades en mai 2022, la rectrice de Normandie a décidé de façon unilatérale de supprimer l’ensemble des moyens fléchés pour les sections sportives normandes. Cette mesure est totalement inadmissible dans un contexte où la crise sanitaire a largement fait diminuer la pratique sportive des jeunes et où tout devrait être mise en place pour la favoriser.

 

Nous avons fait une proposition raisonnable de flécher 3h de moyens pour chaque section sportives de l’académie. Pour les 139 sections sportives du périmètre de Caen et de Rouen, cela représenterait 417 heures soit 0.12% du volume d’heures pour le second degré dans l’académie. Cette proposition réaliste permettrait de ne plus mettre en concurrence les disciplines, d’éviter le chantage au HSA qui oblige les enseignants à travailler dans des conditions de plus en plus dégradées avec pour certains un surmenage amenant au burn-out.

Monsieur Diaz, le secrétaire général  a rappelé que les moyens n’étaient plus fléchés mais qu’ils ne disparaissaient pas pour autant et qu’il serait attentif à chaque situation particulière où un blocage serait constaté avec une section qui fermerait sans raisons valables. M. Kogut a rappelé que beaucoup de sections sportives du périmètre de Rouen avaient pu perdurer sans moyens fléchés depuis de nombreuses années…

Ces arguments montrent la méconnaissance du fonctionnement dans les établissements. Les collègues en ont assez de devoir chaque année mendier quelques heures pour le maintien effectif de leur section. A chaque fois c’est leur investissement qui est remis en cause. Le rectorat doit cesser la langue de bois et prouver par des actes et un engagement fort en terme de moyens qu’il veut un vrai développement des sections sportives

Ces propositions du rectorat d’accompagnement de la disparition des heures fléchées avec une « écoute attentive des points de tension » n’est pas admissible pour le SNEP-FSU.

Nous avons réédité notre demande de fléchage systématique à chaque fois qu’une section a été validée par l’administration. L’absence de la rectrice n’a pas permis de trancher cette question pendant l’audience. Nous attendons actuellement la réponse et nous vous tiendrons informés dès que nous l’aurons

Eric Joufret

Résultats Mouvement Inter 2022 : des barres en hausse

 

Aujourd’hui 9 mars, les résultats de l’Inter viennent d’être communiqués. Comme nous le redoutions les barres ont globalement augmenté. C’est le cas pour 20 académies dont certaines avec de fortes augmentations (Rennes, Caen, Clermont, Limoges…). Ces augmentations sont la conséquence des suppressions de postes et de la future affectation des stagiaires à temps plein.

Ainsi, ce sont seulement 1 436 collègues qui obtiennent une mutation dont les stagiaires en affectation obligatoire. Ce qui amène à un peu moins de 600 collègues titulaires obtenant leur mutation.

La difficulté va s’accentuer pour la phase Intra car en EPS, la quasi-totalité des 680 stagiaires à la rentrée 2022 seront titulaires du Master MEEF et seront donc affectés à temps plein en établissement. Cette situation va générer pour l’Intra un fort affaiblissement des postes laissés vacants. Nul doute qu’il sera extrêmement compliqué d’obtenir certaines zones en académie et bon nombre de celles et ceux rentré·es à l’Inter se retrouveront affecté·es en Zone de Remplacement faute de postes fixes. Dans ces conditions tout le monde est perdant, les stagiaires privé·es de formation et mis·es en difficulté pour leur entrée dans le métier et des collègues titulaires limité·es dans leur droit à mobilité.

Un problème, un recours, contactez nous : mutation@snepfsu.netcorpo-caen@snepfsu.net 

 

Académie Barème du dernier entrant Nombre d’entrants Nombre de sortants
CAEN 585 15 4